Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Eric AXEL - KARNAG PUCES

Eric AXEL - KARNAG PUCES

La vie à Carnac, mais aussi le Cinéma, l'humour, la cuisine et plein d'autres choses - Pour nous joindre : ericaxel@jslm.net

Articles avec #libres propos catégorie

Publié le par ericaxel
Publié dans : #Libres propos

drapeau3 

Libres propos

 

 

 

 

 

 

 

 

Désendettement, inversion de la courbe démographique, remise à flot de le section d'investissement :    

 

Nous connaîssons tous la profondeur de la crise qui secoue Carnac, et des dégats des dernières mandatures et il est claire que nous tous cherchons un peu de stabilité. Mais pas forcément dans la continuité de ce que l'on nous a imposé dernièrement.

 

Nous serions tous solidaires d'une nouvelle équipe municipale qui saurait faire « fi » des turpitudes dues à notre passé récent. Une équipe qui s'attellerait avec courage, au redressement de la commune, avec des décisions partagées, négociées et finalement tranchées. Mais si justes et efficaces soient elles, aucune mesure prise ne sera suffisante si l'avenir n'est pas rendu plus visible et surtout plus désirable.      

 

Mars s'approche, c'est une nouvelle chance pour notre ville, mais n'oublions pas les leçons que nous devons tirer du passé , nous sommes belle et bien confrontés à la faillite d'un système qui n'a pas fait ses preuves.    

 

L'heure n'est plus au raffistollage : nous avons la responsabilité de faire émerger un Carnac nouveau. Et c'est bien à ce niveau que nous devons fixer l'ambition politique ne notre cité, celui d'une nouvelle renaissance. C'est bien à ce niveau de responsabilité que nous sommes confrontés, au plus loin de toute idée de restauration d'un temps passé, source de régression et de repli, en référence aux composantes des dernières mandatures qui n'ont pas réussi à sortir la ville de l'ornière dans laquelle elle s'est embourbée.    

 

Il est impératif maintenant de remettre l'homme au coeur de la société, au delà de toute référence au système économique dont nous ne négligeons pas le effets sur lui, et pour cela nulle utopie ne doit être considérée comme irréalisable.    

 

Carnac dispose d'atouts incomparables et les prémices de cette nouvelle cité sont déjà là. Nous devons penser que seule une telle ambition soit capable de sortir notre commune du marasme et de la déprime. Les citoyens n'ont jamais été si heureux que lorsqu'ils se réunissent autour de grandes ambitions collectives. C'est l'honneur de la politique de mobiliser la commune toute entière sur ce chemin.

     

La renaissance d'abord industrielle    

 

Une nouvelle croissance durable pour renouer avec l'emploi et le progrés, permettra d'enrayer la courbe décroissante de la démographie carnacoise, de permettre un nouvel élan vers une jeunesse qui nous fuit, qui considère que Carnac seulement conmme la ville des loisirs, pas comme lieu de vie.

 

Nos atouts : comment ici ne pas les voir ! La création d'espace possible à la création de nouvelles entreprises ou de micros entreprises, en mettant à leur service les infrastructures nécessaires à leur installation, pépinière d'entreprises, locaux de services.    

 

La ville de demain devra être à la fois durable et mixte, nous détenons toutes les compétences de l'urbanisme et de l'architecture pour leur permettre de vivre sur notre territoire avec leurs salariés. Il faut démistifier le mythe de la grande ville porteuse d'avenir en matière d'emploi et de logement social, sans modifier notre système urbanistique à outrance, il est possible d'établir une mixité sociale et démographique et industrielle dans notre ville.

 

 

Déjà beaucoup de nos secteurs traditionnels tentent de trouver le chemin de l'avenir : le tourisme balnéaire, ou vert, le tourisme culturel lui restent à développer et pour cela nous devons impérativement nous rapprocher du ministère des monuments de France, en collaboration avec notre musée. Développer l'artisanat d'art qui, on le sait bien, est un moteur touristique hors saison.    

 

Alors arrêtons le défaitisme. Bâtissons une ville stratège, qui donne les impulsions nécéssaires aux filières d'avenir, investissons nous dans la recherche de nouvelles orientations à long terme, ne nous faisons pas barrage de l'économie. Surmontons le conservatisme des gardiens du vieux monde, et donnons corps – par la négociation, la réglementation, une grande réforme de nos idées passéistes, nous savons tous très bien que le présent est déjà passé. Mettons en place une économie sobre, une économie de la coopération, plutôt que la mise en concurrence de tous, une économie du bien être, plutôt que du tout avoir, qui, sans renoncer à satisfaire les besoins matériels, rompt avec le consumérisme en reconnaissant, le logement, l'emploi, la culture, l'éducation, comme des éléments structurants de la société carnacoise.    

 

Tels sont les contours d'une révolution intellectuelle que notre génération à la responsabilité de faire l'avenir de notre ville.

     

Notre modèle social est ébranlé    

 

Et puisque nous sommes en année électorale, la renaissance doit être aussi celle de l'action des services publiques. Nous avons tous constaté que notre modèle social a été ébranlé dans ses équilibres financiers, et peine à réduire les inegalités et nous en faisons tous les ans le même amer constat en voyant nos écoles, nos clubs sportifs se vider au profit d'autres communes plus favorables à l'acceuil des familles.    

 

Nous devons réajuster cet équilibre, réformer ce système, car nous savons qu'il n'est pas dégalité réelle sans une municipalité forte et décisionnaire, avec des services publiques performants. Dans une société où à la fois la demande d'autonomie est forte et les disparités plus grandes que jamais, l'enjeu majeur est la personnalisation des réponses sans rien perdre des protections collectives. Pour autant nous devrons faire rupture avec le clientelisme éléctoral.   

 

C'est possible avec une mutualisation des moyens en matière de service, la construction d'une cuisine centrale ayant une aura intercommunale prouverait bien l'idée générale de l'optimisation des moyens.

     

Avec une mutualisation des moyens associatifs pour la réalisation d'actions collectives....    

 

Notre cité vieillie, il nous faut impérativement faire en sorte que plutôt que de considérer l'allongement de la vie comme un problème, de le voir comme des années ajoutées à la vie, ne plus considérer nos séniors comme les gardiens d'un vieux temple, mais de les remettre à l'ouvrage pour la reconstruction de notre cité.

 

 

Une renaissance intercommunale    

 

Notre renaissance ne peut être que résolument intercommunautaire, à condition de mettre cette intercommunalité sur de bon rail.    

 

Cette intercommunalité devra être, une compétition qui stimule, mais aussi une coopération qui renforce la solidarité, qui unie. Si nous nous arrêtons à la première partie du programme, et négligeons l'autre, nous nous éloignerons du peuple et nourrirons les populismes néfastes à la réussite de grands projets.   

 

La renaissance via l'intercommunnalité éxige la relance, tant les politiques d'austérité que nous avons du subir ces dernières années ont été mortifères. Elles appellent ensuite une super politique de cohésion sociale pour construire l'appareil productif du pays d'Auray avec une égale et pas focrément proportionnelle répartition des retombées financières en fonction des besoins de chacune de ses composantes. Elle devra passer aussi par une coopération renforcée entre les communes qui voudront aller plus vite. Aucune des communes ne doit tenter de s'imposer comme pôle d'exellence, toutes à chacunes d'entre elles doivent pouvoir faire valoir l'importance de leurs requêtes dans l'intérêt de la communauté.

     

La renaissance inspirée par la culture.    

 

La culture doit aussi inspirer cette renaissance. Il est impossible de considérer un projet politique sans ambition culturelle forte et pérenne. La culture est une force d'émancipation pour chacun et le ferment d'une vie collective par le partage d'émotions. Elle tend à chaque génération son miroir, elle inscrit aussi la trace, c'est à dire le patrimoine de demain. Voilà pourquoi nous espérons tous pour Carnac une renaissance culturelle généreuse, comme nous l'espérons tous à chaque alternance, le soutien à la création et l'éducation artistique dès le plus jeune âge sont à cet égard prioritaire.    

 

La renaissance que nous appelons de nos vœux doit concerner aussi nos valeurs particulièrement pour donner toute sa force au vivre-ensemble, malmenée par le replis sur soi et l'individualisme et menacée par le communautarisme, les extrémismes et le fondamentalisme des associations que se replient sur elles mêmes, sans partage, sans mutualisation. Poutant c'est la laïcité, cet écrin qui permet à notre pays d'abriter tous les choix de se regrouper pour partager, défendre et subjuguer nos desirs, nos choix et exprimer nos centres d'intérêt commun.    

 

Voilà ce qui doit guider les nouvelles et grandes idées de résurrection d'une vie culturelle de qualité    

 

Alors nourissons pour Carnac une grande ambition, celle de lui donner sa mission historique d'une ville qui ouvre des perspectives pour la culture, l'imagination, la liberté d'expression, le bien-être ! Et pour ces missions tablons sur le talent des créateurs, chercheurs, le savoir faire des salariés, le dynamisme des artisants et des commercants, des agriculteurs et des entrepreneurs, sachons mobiliser les collectivites locales avec lesquelles nous sommes liées, les bénévoles associatifs.

 

Faisons confiance à la jeunesse de notre ville en cessant de la considérer comme des catégories dont il faut régler les problèmes, laissons leurs plus d'espaces de parole et d'action. C'est une génération comme les autres qui a ses rêves, sa culture, ses valeurs, et par essence, la clef de l'avenir.    

 

Ce nouveau Carnac est à notre portée. C'est une tâche immense mais, ô combien exaltant.  

 

                                                                                    Allain Martineau

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

carnac vision
Allin
CARNAC VISION




Désendettement, inversion de la courbe démographique, remise à flot de le section d'investissement :
Nous connaîssons tous la profondeur de la crise qui secoue Carnac, et des dégats des dernières mandatures et il est claire que nous tous cherchons un peu de stabilité. Mais pas forcément dans la continuité de ce que l'on nous a imposé dernièrement.
Nous serions tous solidaires d'une nouvelle équipe municipale qui saurait faire « fi » des turpitudes dues à notre passé récent. Une équipe qui s'attellerait avec courage, au redressement de la commune, avec des décisions partagées, négociées et finalement tranchées. Mais si justes et efficaces soient elles, aucune mesure prise ne sera suffisante si l'avenir n'est pas rendu plus visible et surtout plus désirable.

Mars s'approche, c'est une nouvelle chance pour notre ville, mais n'oublions pas les leçons que nous devons tirer du passé , nous sommes belle et bien confrontés à la faillite d'un système qui n'a pas fait ses preuves.
L'heure n'est plus au raffistollage : nous avons la responsabilité de faire émerger un Carnac nouveau. Et c'est bien à ce niveau que nous devons fixer l'ambition politique ne notre cité, celui d'une nouvelle renaissance. C'est bien à ce niveau de responsabilité que nous sommes confrontés, au plus loin de toute idée de restauration d'un temps passé, source de régression et de repli, en référence aux composantes des dernières mandatures qui n'ont pas réussi à sortir la ville de l'ornière dans laquelle elle s'est embourbée.
Il est impératif maintenant de remettre l'homme au coeur de la société, au delà de toute référence au système économique dont nous ne négligeons pas le effets sur lui, et pour cela nulle utopie ne doit être considérée comme irréalisable.
Carnac dispose d'atouts incomparables et les prémices de cette nouvelle cité sont déjà là. Nous devons penser que seule une telle ambition soit capable de sortir notre commune du marasme et de la déprime. Les citoyens n'ont jamais été si heureux que lorsqu'ils se réunissent autour de grandes ambitions collectives. C'est l'honneur de la politique de mobiliser la commune toute entière sur ce chemin.

La renaissance d'abord industrielle
Une nouvelle croissance durable pour renouer avec l'emploi et le progrés, permettra d'enrayer la courbe décroissante de la démographie carnacoise, de permettre un nouvel élan vers une jeunesse qui nous fuit, qui considère que Carnac seulement conmme la ville des loisirs, pas comme lieu de vie.
Nos atouts : comment ici ne pas les voir ! La création d'espace possible à la création de nouvelles entreprises ou de micros entreprises, en mettant à leur service les infrastructures nécessaires à leur installation, pépinière d'entreprises, locaux de services

La ville de demain devra être à la fois durable et mixte, nous détenons toutes les compétences de l'urbanisme et de l'architecture pour leur permettre de vivre sur notre territoire avec leurs salariés. Il faut démistifier le mythe de la grande ville porteuse d'avenir en matière d'emploi et de logement social, sans modifier notre système urbanistique à outrance, il est possible d'établir une mixité sociale et démographique et industrielle dans notre ville.
Déjà beaucoup de nos secteurs traditionnels tentent de trouver le chemin de l'avenir : le tourisme balnéaire, ou vert, le tourisme culturel lui restent à développer et pour cela nous devons impérativement nous rapprocher du ministère des monuments de France, en collaboration avec notre musée. Développer l'artisanat d'art qui, on le sait bien, est un moteur touristique hors saison.


Alors arrêtons le défaitisme. Bâtissons une ville stratège, qui donne les impulsions nécéssaires aux filières d'avenir, investissons nous dans la recherche de nouvelles orientations à long terme, ne nous faisons pas barrage de l'économie. Surmontons le conservatisme des gardiens du vieux monde, et donnons corps – par la négociation, la réglementation, une grande réforme de nos idées passéistes, nous savons tous très bien que le présent est déjà passé. Mettons en place une économie sobre, une économie de la coopération, plutôt que la mise en concurrence de tous, une économie du bien être, plutôt que du tout avoir, qui, sans renoncer à satisfaire les besoins matériels, rompt avec le consumérisme en reconnaissant, le logement, l'emploi, la culture, l'éducation, comme des éléments structurants de la société carnacoise.
Tels sont les contours d'une révolution intellectuelle que notre génération à la responsabilité de faire l'avenir de notre ville.


Notre modèle social est ébranlé
Et puisque nous sommes en année électorale, la renaissance doit être aussi celle de l'action des services publiques. Nous avons tous constaté que notre modèle social a été ébranlé dans ses équilibres financiers, et peine à réduire les inegalités et nous en faisons tous les ans le même amer constat en voyant nos écoles, nos clubs sportifs se vider au profit d'autres communes plus favorables à l'acceuil des familles.
Nous devons réajuster cet équilibre, réformer ce système, car nous savons qu'il n'est pas dégalité réelle sans une municipalité forte et décisionnaire, avec des services publiques performants. Dans une société où à la fois la demande d'autonomie est forte et les disparités plus grandes que jamais, l'enjeu majeur est la personnalisation des réponses sans rien perdre des protections collectives. Pour autant nous devrons faire rupture avec le clientelisme éléctoral.
C'est possible avec une mutualisation des moyens en matière de service, la construction d'une cuisine centrale ayant une aura intercommunale prouverait bien l'idée générale de l'optimisation des moyens.
Avec une mutualisation des moyens associatifs pour la réalisation d'actions collectives....

Notre cité vieillie, il nous faut impérativement faire en sorte que plutôt que de considérer l'allongement de la vie comme un problème, de le voir comme des années ajoutées à la vie, ne plus considérer nos séniors comme les gardiens d'un vieuxtemple, mais de les remettre à l'ouvrage pour la reconstruction de notre cité.


Une renaissance intercommunale
Notre renaissance ne peut être que résolument intercommunautaire, à condition de mettre cette intercommunalité sur de bon rail.
Cette intercommunalité devra être, une compétition qui stimule, mais aussi une coopération qui renforce la solidarité, qui unie. Si nous nous arrêtons à la première partie du programme, et négligeons l'autre, nous nous éloignerons du peuple et nourrirons les populismes néfastes à la réussite de grands projets .
La renaissance via l'intercommunnalité éxige la relance, tant les politiques d'austérité que nous avons du subir ces dernières années ont été mortifères. Elles appellent ensuite une super politique de cohésion sociale pour construire l'appareil productif du pays d'Auray avec une égale et pas focrément proportionnelle répartition des retombées financières en fonction des besoins de chacune de ses composantes. Elle devra passer aussi par une coopération renforcée entre les communes qui voudront aller plus vite. Aucune des communes ne doit tenter de s'imposer comme pôle d'exellence, toutes à chacunes d'entre elles doivent pouvoir faire valoir l'importance de leurs requêtes dans l'intérêt de la communauté.


La renaissance inspirée par la culture.
La culture doit aussi inspirer cette renaissance. Il est impossible de considérer un projet politique sans ambition culturelle forte et pérenne. La culture est une force d'émancipation pour chacun et le ferment d'une vie collective par le partage d'émotions. Elle tend à chaque génération son miroir, elle inscrit aussi la trace, c'est à dire le patrimoine de demain. Voilà pourquoi nous espérons tous pour Carnac une renaissance culturelle généreuse, comme nous l'espérons tous à chaque alternance, le soutien à la création et l'éducation artistique dès le plus jeune âge sont à cet égard prioritaire.
La renaissance que nous appelons de nos vœux doit concerner aussi nos valeurs particulièrement pour donner toute sa force au vivre-ensemble, malmenée par le replis sur soi et l'individualisme et menacée par le communautarisme, les extrémismes et le fondamentalisme des associations que se replient sur elles mêmes, sans partage, sans mutualisation. Poutant c'est la laïcité, cet écrin qui permet à notre pays d'abriter tous les choix de se regrouper pour partager, défendre et subjuguer nos desirs, nos choix et exprimer nos centres d'intérêt commun.
Voilà ce qui doit guider les nouvelles et grandes idées de résurrection d'une vie culturelle de qualité



Alors nourissons pour Carnac une grande ambition, celle de lui donner sa mission historique d'une ville qui ouvre des perspectives pour la culture, l'imagination, la liberté d'expression, le bien-être ! Et pour ces missions tablons sur le talent des créateurs, chercheurs, le savoir faire des salariés, le dynamisme des artisants et des commercants, des agriculteurs et des entrepreneurs, sachons mobiliser les collectivites locales avec lesquelles nous sommes liées, les bénévoles associatifs.
Faisons confiance à la jeunesse de notre ville en cessant de la considérer comme des catégories dont il faut régler les problèmes, laissons leurs plus d'espaces de parole et d'action. C'est une génération comme les autres qui a ses rêves, sa culture, ses valeurs, et par essence, la clef de l'avenir.
Ce nouveau Carnac est à notre portée. C'est une tâche immense mais, ô combien exaltant.

A M

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

BEN CA ALORS,

HO BEN CA ALORS ! 

                                                                       

 

 

Voilà, il faut que j'vous raconte une histoire :

J'étais à la gare, j'achète mes bons vieux journaux locaux édition d'Auray, vous savez ceux qui relatent tous les p'tits trucs qui se passent dans les communes du Morbihan.

Et quoi, qu'est ce t'y pas qu'on me dit, comme ça, là, brutallement :

ON A ENCORE LIMOGER LE DGS A LA MAIRIE DE CARNAC

J'en crois pas mes yeux, on a encore limogé le DGS de la mairie de Carnac, ( il fallait bien que je me le répête deux fois pour que cette stupide réalité s'affirme à moi).

Bon d'accord, on a limogé le DGS de la mairie de Carnac (ça fait trois).
Mais c'est t'y pourquoi qu'on l'a limogé ce DGS ?

A c'qu'on dit, il aurait mal contrôlé, voire fromenté, le mouvement d'humeur du personnel en avril et de ce fait, il aurait perdu la confiance de notre cher et bien respectueux édile. Mais d'abord, qui c'est t'y qui l'a la confiance de notre cher et bien respectueux édile, et qui c'est t'y qui lui fait confiance à notre cher et très respectueux édile ? Hein ?

Pourtant, il a l'habitude des mouvements d'humeur notre cher et respectueux édile :

Déjà lors de son premier mandat avorté, n'y avait il pas eu un mouvement d'grève du personnel du musée.
Mais c'etait pas de sa faute, c'etait celle de l'adjoint qui s'en occupait, qui n'a pas compris.

Puis dans le premier tiers de son premier mandat, un autre mouvement d'humeur de ce coélus lui avait coûté son poste.
Mais c'était pas de sa faute, c'est son premier adjoint qui n'avait pas compris.

Vint enfin le mouvement d'humeur du personnel qui a coûté la place du dernier DGS
Mais c'est pas de sa faute, c'est le DGS qui n'a pas compris

Et enfin, le mouvement d'humeur des citoyens mécontants qui envahissent le hall de la mairie pour raller sur les modifications routières
Mais c'est pas de sa faute, ce sont les citoyens qui n'ont pas compris que ça n'était qu'un projet (toujours en cours d'ailleurs).

Ca fait quand même beaucoup de boucs émissaires pour notre cher et respectueux édile qui s'explique si bien, et que les autres comprennent si mal.

Ha que cela doit être dur d'être entouré de mal comprenant.

Bref : comme c'est qui dit l'autre, l'adversaire, le concurrent, l'ennemi, le petit, le teigneux : ça doit pas être bon pour l'aura de la ville.

Mais que veux tu jeune carnacois nous sommes en campagne électorale.

Bon ça y est, je suis dans le train, et mon voisin voyant mon journal, m'dit :

-J'suis d'Auray et vous ?

-Ben moi, j'suis de Carnac que j'lui réponds.

-Ben alors, mon pauve monsieur, vous êtes pas sorti de l'auberge avec des dirigeants pareils ! qui m'dit en riant.

-Ho ! moi vous savez, je fais que d'constater, que j'lui réponds.

-Allez bonnne chance et bon courage. Puis il s'endore paisiblement... lui.

C'est pas pour dire, mais quand même, j'avais un peu honte

                                                                        LINSOUMI                           

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

 Libres propos

 

 

 

 

Un riverain de la route de Quelvezin :

Les fouilles archéologiques sont terminées depuis 8 jours et le chantier de construction a repris avec un engin excavateur et marteau piqueur pour casser la roche, faisant un bruit infernal en

plein mois de juillet 

malgré l'interdiction découlant de l'arrêté  n° 2006 ST 212 précisant que

 

"les travaux bruyant sont interdits

du 1er juillet au 31 août à Carnac".

 

Malgré une intervention auprès des services municipaux avec menace de déposer plainte contre le maire pour non respect de ses obligation de police sur le territoire de la commune, et après intervention des policiers municipaux sur le chantier, celui-ci continue à la suite d'un arrangement avec le maire qui aurait pris un arrêté dérogatoire pour que les travaux puissent continuer.

 Et pendant ce temps là les riverains continuent de subir une nuisance insupportable au moment ou l'on peut vivre portes ouvertes sur les terrasses et dans les jardins. Imaginer la tête des estivants locataires !!

 

Remercions Monsieur le Maire et souhaitons que la prochaine équipe ne soit pas aussi bananière que celle-ci !!!

L L B   

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

Je viens de lire les différents interview de Monsieur Olivier Lepick candidat à l'élection municipale de 2014.

Même si jusqu'à maintenant, je n'ai pas pour habitude de me positionner publiquement dans les débats politiques de ma commune, pour le coup, je suis un peu irrité par les questions qui lui sont posées. Bien sûr elles représentent une interrogation de certains Carnacois, et encore.
C'est vrai Monsieur Lepick est encore en activité, alors la question qui se pose : sera t-il suffisamment présent sur Carnac pour assurer la fonction de maire s'il est élu?

Faut il être retraité, sans emploi ou même peut être rentier pour bien administrer une commune?

Ne vaudrait il pas mieux s'interroger sur les compétences des candidats, la qualité de leur programme, et celles de l'équipe qui les assistereront dans l'exécution de leus tâches ?

Je trouve correcte ici de rappeler que Monsieur Bonnet (avec lequel j'ai été élu dans l'opposition pendant son dernier mandat), avait un bon nombres de responsabilité qui le contraignait très souvent a être absent du territoire communal.

Pour mémoire, il était le plus souvent présent en fin de semaine, mais toujours bien au fait des évènements et de la gestion des affaires courantes de Carnac , il a été élu et réélu de 1964 à 1996.

Ensuite, nous avons eu un maire député qui était souvent absent et qui plus est, ne résidait pas sur Carnac, il a quand même été élu 2 fois avec des scores raisonnables.

S'ils ont réussi, avec une mention supérieure pour le premier, c'est qu'ils avaient une bonne équipe en soutient.

Alors où les carnacois qui se posent ce genre de questions, ont la mémoire courte, ou ils font de l'autarcisme et ne souhaite comme maire, qu'un carnacois 100%

Si la compétence devait se résumer à cela, il est claire que le poste de maire serait d''ores et déjà attribué, et bonjour la démocratie.

Que diable faut il faire pour être un carnacois pur et dur, et qui a le droit de distribuer les cartes de bons ou mauvais carncois ?

Pourqoi faut il toujours se justifier, dire d'où l'on vient : il serait plus juste de demander où l'on va?

Au lieu de se poser ce genre de questions futiles, il faut vraiment que Carnac passe à autre chose, regarde sa défaite en face et construise l'avenir.

Je l'ai toujours dit : l'arbre fait ses racines là où on le plante, et pour ma part, j'y ai fait trois beaux rejetons.

Martineau

Voir les commentaires

Publié le par ericaxel
Publié dans : #Libres propos
Libres propos
 
Les aménagements du bourg
 
provoquent semble-t-il
 
des réactions…
 

Cet espace est destiné à les recueillir.

   

Dites nous ce que vous en pensez

 

s'ils ne vous conviennent pas

 

signez la pétition mise

 

à votre disposition

 

par le Collectif

 

chez les commerçants.

 

 Je suis heureux d'apprendre que la rue de Courdiec va rester en sens descendant pour "...permettre aux résidents du foyer logement de se rendre directement chez le docteur..."
ben voyons !

1)

ce sont les médecins de Carnac et communes alentour qui se rendent au foyer logement et non l'inverse...en effet tout le monde sait que les résidents en question sont âgés ou très âgés et ne sortent quasiment pas du foyer...

2)

à lire le commentaire du maire , on a l'impression que le choix fait par la mairie est un " service rendu " au docteur de la rue de Courdiec...

 

on croît rêver !

                                  mauvaise foi quand tu nous tiens...

 

J M Boin

 
 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

   Libres propos

 

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

 

Nous ne comprenons plus rien aux priorités municipales !

 

Les projets d'aménagements urbains sont pourtant bien liés à un projet municipal général, datant de 2009, visant à recréer de la dynamique dans les secteurs commerciaux et appelés à l'époque projet FISAC ou bien sommes nous dans l'erreur?

 

Petit rappel:

L'UCC a travaillé  sur ce projet essentiel pour Carnac depuis 2009.

Un comité de pilotage avait été créé par la municipalité à cet effet dès fin 2008.

Vous nous avez toujours présenté ce comité de pilotage, comme l'organe de concertation du projet de réaménagement des secteurs commerciaux.

Nous avons participé à l'élaboration du diagnostic, aux différentes pistes de réflexion et enfin à l'élaboration des fiches action dans le cadre d'un projet de demande de FISAC en collaboration avec le cabinet cibles et stratégie.

Les fiches action devaient permettre l'élaboration d'un projet global ayant pour objectif de redynamiser le commerce à Carnac.

On a l'impression aujourd'hui que cet objectif initial a été complètement oublié !!!

La municipalité n'ayant pas géré ce dossier comme une priorité (pratiquement aucune réunion FISAC en 2010 et 2011), les subventions FISAC ont échappé à la commune puisque celles ci ne sont plus attribuables pour les aménagements urbains depuis seulement avril 2012.

Est ce que ça signifie qu'aider le commerce de proximité carnacois à ne pas mourir n'est plus à l'ordre du jour des priorités municipales?

On peut se le demander car le comité de pilotage n'a plus jamais été réuni après janvier 2012 (malgré la signature de la convention, malgré la délibération du Conseil Municipal...)

Alors qu'on l'appelle FISAC, OUC ou autre, le projet de réaménagement urbain des secteurs commerciaux de Carnac devrait aussi s'appuyer sur le travail réalisé depuis 2009,  pour être vraiment efficace.

L'UCC s'est battu pour que ce projet reste à l'ordre du jour en 2010, 2011, début 2012 !!

Nous avons écrit maintes fois pour rappeler nos difficultés, faire des propositions et pouvoir travailler à nouveau sur ce projet en collaboration avec la municipalité.

Le choix a été fait d'avancer sans aucune concertation avec les représentants des commerçants.

 

Alors lorsqu'on assiste à une réunion comme hier soir, au cours de laquelle on nous présente un projet d'aménagement urbain concernant la rue St Cornély, sans aucune vision d'ensemble, c'est inacceptable !

En effet, beaucoup de questions restent sans réponse:

- Quelle sera l'entrée de ville à partir de la RD119 qui sera privilégiée pour entrer dans Carnac : la rue de Poulperson? la rue des Korrigans? la route du Ménec?

- Quelle est l'entrée la plus utilisée aujourd'hui? Que disent les études de flux réalisées, s'il y en a eu ?

- En conséquence, quel sera le sens de circulation de la rue St Cornély ?

- Comment sera organisée la signalétique pour valoriser les secteurs commerciaux ville et plage ?

- En venant de la plage, comment entrerons nous dans le bourg ? et inversement ?

- Comment seront signalés les parkings?

- Où seront installées les places de stationnement handicapés dans la rue St Cornély ?

Le sens de circulation de la rue St Cornély, a un impact énorme sur le fonctionnement du bourg, mais aussi sur l'articulation entre le secteur commercial du bourg et celui de la plage.

Il nous parait invraisemblable qu'on puisse le décider sans réponse à ces questions.

Nous souhaitons qu'on nous présente un plan global de circulation facilitant l'accès aux commerces du bourg comme à ceux de la plage, facilitant l'accès aux parkings et créant du lien entre le secteur commercial du bourg et celui de la plage.

 

Il nous parait donc essentiel que tout projet d'aménagement urbain, et plus particulièrement ceux nécessitant un changement de la circulation, soit réalisé en raisonnant sur l'ensemble de la commune.

Nous souhaitons savoir comment nous allons vivre et travailler dans notre commune demain.

Hier soir, on nous a invités (au dernier moment ..)  pour nous présenter les aménagements, le revêtement et le mobilier prévus dès la rentrée dans la rue St Cornély, alors qu'aucune des questions précitées n'a été résolue.

 

On se moque de nous !

 

L'U.C.C.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

En ce début d'année 2013, qu'il me soit permis de vous exprimer mes meilleurs vœux de bonheur et de réussite (on peut encore) pour une année qui va être délicate et qui s'annonce difficile sur le plan économique et sociale.

A l'heure du changement toute azimute, il faut constater qu'en la matiere, un certain nombre de Carnacois font encore preuvent d'un conservatisme d'un autre âge devant les réformes de sociétés qui s'avèrent nécessaire.

L'exemple le plus frappant étant le faux débat, qu'est le plan de circulation du centre bourg qui deffraie la chronique.

Tu vois jeune Carnacois, ce qu'est une tempête dans un verre d'eau, qui cherche à cacher les vrais problèmes de fond.

Certes il est parfaitement loisible de s'opposer à un nouveau projet de circulation qui rompt avec les habitudes vieilles de plusieurs décénies.

Il suffit alors de produire un dossier d'une naïvité affligante à grands renfords de publicité, de réunions plus ou moins underground, qui n'apporte rien d'autres que de nouvelles critiques, et ne construit rien.

Que voulez vous rien n'est parfait !

Dans un tel cas, encore faut il ne pas utiliser les mêmes propos fallacieux que ses adversaires, qui ne sont en réalité que des propos de pré campagne.

Hé oui jeune Carnacois, nous sommes bien en campagne électorale.

Le vrai de vrai de problème n'est pas de savoir s'il faut passer par ici, ou par là, s'il faut aller à droite, puis à gauche, puis tout droit, pour arriver dans une rue St Coenely sans âme, vide et deserte.

Non ! le vrai problème est bien de savoir comment s'y prendre pour faire venir et rester de nouveaux commercants animateurs, comment travailler avec les propriétaires de magasins pour qu'ils offrent des possibilités de location à des prix et des durées raisonnables? Comment la commune peut les accompagner dans cette démarche, combien est elle prêt à mettre ?

Alors là, il sera temps pour définir quel sera le meilleur sens de circulation pour alimenter cette nouvelle zone de challandise.

Hé oui ! jeune Carnacois il est encore possible de trouver des solutions de bon aloi si on veut s 'en donner la peine. Faire ce choix cela implique qu'il vaut mieux se tourner vers l'avenir plutôt que de regarder le nombril au présent.

                                                                          LINSOUMI

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

 

LE COMBAT

DES HORACES

ET

DES CUIRACES

 

La lutte homérique engagée par les ténors élus de notre si belle et si moribonde commune, pour la conquête du perchoir s'est traduite à ce jour par une non victoire des deux protagonistes.

Même si tous deux ont tenté de caresser au mieux dans le sens du poil les futurs électeurs.

Hé ! Oui ! jeune Carnacois, nous sommes bel et bien en campagne électorale.

D'ailleurs, il suffit de voir la présence un peu plus assidue de certains prétendants spécialistes de plan de circulation, ou du moins se veulent ils ainsi, sur les bancs du conseil.

La commune est donc à la croisée des chemins, ou bien, elle se laisse entrainer par sa frange la plus contestataire qui ne rêve que de prouver que lorsqu'ils étaient au perchoir ils n'étaient pas les drôles d'oiseaux qui, à leur corps défendant, paraissent être aujourd'hui.

Ou bien, elle garde les représentants des valeurs chères à la population d'émigrés citadins, qui l'ont conduit à se recroqueviller sur un lent déclin de la ville.

Que veux tu, jeune carnacois, si l'accession au pouvoir est un rêve difficile à atteindre, son exercice est encore, crois moi, bien plus dur.

Il est quand même extraordinaire de constater que chacune des deux parties, si populaires soient elles, risquerait sûrement d'être mise en minorité si un éventuel sondage avait lieu aujourd'hui.

C'est pourquoi, il ne faut pas laisser le pouvoir uniquement à ceux qui veulent l'exercer. Il ne faut pas que la défense des intérêts des citoyens de Carnac, ne serve de cache sexe pour véhiculer des intérêts bien plus personnels.

Devons nous constater aujourd'hui que la rupture est belle et bien consommée entre les résidents carnacois et leurs élus ?

Il est trop tôt pour le dire, mais le ver est dans le fruit et la réconciliation entre les votants et les élus est fortement problématique.

Si les dirigeants continuent leur dérives verbales et d'appréciation de la volonté du peuple carnacois, ils auront de plus en plus de mal à s'attacher un électorat modéré qui n'est certainement pas sensible, pour une bonne part, à leur vision de la gestion communale.

Tu sais jeune carnacois, quand tu n'y es pas, tu voudrais bien y être, et quand tu y es, tu n'y arrives pas.

Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie.

                                                                                                           Linsoumi

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

 Libres propos

Séverine et Philippe Audo demeurant au Mènec ont adressé un courrier au maire sollicitant une entrevue pour l'entretenir des nombreux inconvénients présentés par le projet de déviation de la RD 119. 

Karnag Puces pense important de soutenir cette démarche car de nombreux Carnacois devront, si le projet n'est pas modifié, emprunter pour se rendre au bourg un itinéraire de contournement des alignements rallongeant de façon significative les trajets actuels.

Renseignements et soutiens à : deviationrd119@orange.fr

 

 

Afin d’obtenir le classement au patrimoine mondial de l’humanité, la municipalité de Carnac envisage d’unifier le site mégalithique. Ce projet impliquerait la modification du tracé de la départementale RD 119 afin que cette route ne coupe plus les alignements. Dans le cadre de l’élaboration du PLU, le schéma d’une route de contournement a été esquissé.

S’il se réalisait, ce projet poserait de nombreux problèmes : Le tracé envisagé traverse des zones humides. L’entrée de Carnac serait reportée sur la route de Plouharnel. Cette coupure isolerait totalement des quartiers entiers ( Runel, Kerlann, Le Nignol, Le Moustoir, Crucuny…) du reste de la commune. D’après les estimations basées sur l’ensemble des sites inscrits à l’UNESCO, le classement du site apporterait 30% de visiteurs supplémentaires. Sachant que très peu d’entre eux se déplacent jusqu’au bourg, on peut se demander si les retombées économiques pour la commune d’un tel projet justifient le coût et la gêne occasionnés par cette opération pour les centaines d’habitants des quartiers concernés. 

Ne peut-on pas envisager de présenter le dossier de classement avec deux entités distinctes : le site du Menec d’une part et le site de Kermario-Kerlescan d’autre part en conservant la route départementale ?

N’est-il pas plus urgent d’engager des travaux pour améliorer la sécurité des visiteurs, en particulier des piétons ?

 

 

rd1 19

 

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

 

COMMENT TRAITER EN SURFACE LES SUJETS GRAVES ?

 

 

Réponse facile hé jeune carnacois! Il te suffit d'être élu à Carnac.

Bien sûr, le club de foot de Carnac a des problèmes financiers, bien sûr, cela n'est pas d'aujourd'hui, bien sûr, ceux-ci peuvent se régler par l'octroi d'une subvention que l'on justifiera avec plus ou moins de crédibilité

« Ils remplissent les critères, que les élus ont décidé voici deux ans, pour recevoir une subvention exceptionnelle, »

Voilà ce que disait en substance notre triste-vieux-grand-élu-comptable-banquier capitalisateur-décideur-exécuteur-censeur-moralisateur et seul dirigeant de notre commune. Eh bien, notre cher triste-grand-élu........ Ça n'est pas si facile et il nous semble que la réflexion est un peu courte. Il est évident que ce n'est pas seulement, comme à votre habitude une seule et unique approche comptable de la situation qui résoudra le problème.

Il est bien plus général, plus crucial et sa résolution ne pourra pas se faire que par une subvention exceptionnelle que l'on devra vraisemblablement, réitérer dans l'avenir. Si vous continuez, Monsieur le triste-grand-élu...., a, comme depuis ces trente dernières années avec ces six maires (dont deux fois le même) ne pas vouloir voir la réalité en face.

Et dis toi bien jeune carnacois qu'il vaut mieux prendre le changement par la main avant qu'il ne te prenne à la gorge.

Carnac est mort, aujourd'hui ce sont des jeunes footballeurs qui manquent, hier c'était des classes fermées, demain ce seront encore des effectifs réduits dans les écoles, clubs, associations....

Vieux, tous vieux à Carnac, vont plus à l'école, font plus de foot, ne sont pour la plupart plus reproducteurs et, venant d'ailleurs, ils possèdent un patrimoine important qu'ils défendent bec et ongles, sans partage, fermant ainsi la porte aux nouvelles familles. Alors pourquoi déranger ces résidents qui ont cruellement besoin de calme, qui payent bien leurs impôts, qui consomment bien, qui sont calmes, qui se font élire dans les conseils d'administration, au conseil municipal, enfin qui vivent entre eux. Voici l'image de notre belle endormie comme ils disent.

Pour exemple, regardons la vente du site des Goémons, ancienne colonie de vacances de l'EDF, 7000m2 bradée à un promoteur sans aucune demande en retour. Pas de % de logements locatifs ou accession à la propriété facilitée, pour de nouvelles familles.

De 80 logements dit «sociaux » promis, sur les projets Belann et Bellevue, on passe à 49 sur les deux sites, Dommage, cela aurait pu permettre aux enfants de familles nouvellement établies de faire du foot, de remplir les écoles, de participer à la vie communale dans les associations, aux pères d'être élus dans les conseils, voire même, municipal

Un conseil municipal dont la moyenne d'âge est deja bien élevée avec des piques à 73/74 ans qui souhaitent se représenter ce qui leur fera un âge canonique de 80/81 en fin de mandat, et nous qui croyons que les dinosaures avaient disparu ?

Mais que veux-tu jeune carnacois le pouvoir ne se lâche pas ainsi.

Bien sûr, de temps à autre, un moins vieux s'exprime, seul, et sur un unique sujet bien superficiel, sans grande importance pour la survie de Carnac, qui ne changera pas fondamentalement l'avenir de la ville. Bien sûr, bien sûr, passer par cette rue ou par cette autre dans un plan de circulation, n'est important qu'en période électorale pour satisfaire la mégalomanie d'un seul.

Et dis toi bien jeune carnacois, que jongler avec des idées dans les salons est une chose, gouverner en est une autre.

Non, Carnac n'a plus besoin d'un triste-vieux-grand-élu-comptable-banquier-capitalisateur-décideur-exécuteur-censeur-moralisateur.....

Il faut un vrai créateur, un inventif, un qui saura prendre des risques sur de nouveaux projets. Abandonner une vision à court terme de l'avenir de la commune. Un qui saura établir une vraie réflexion sur la vision de la commune à horizon 20 à 30 ans.

Mais celui-là ne peut qu'être jeune, peut être fait-il du foot, ou ses enfants vont-ils à l'école primaire de Carnac, peut-être est-il investi dans la vie civile de Carnac, au mieux il serait encore actif et ainsi serait plongé dans la vraie vie ?

Celui-là s'il existe, non seulement je lui souhaite bien du plaisir à se battre contre des anciens réactionnaires qui ne veulent rien lâcher.

Celui qui saura faire fi de l'antagonisme politique et social, qui saura mettre en place un pacte démocratique déliant la parole, libérant l'expression, favorisant la créativité….

Celui qui pourra considérer les différents groupes d'élus au conseil comme des partenaires de la vie communale, au pire comme des adversaires, mais en aucun cas comme des ennemis.

Celui-là aura mon soutien.

Et dis-toi bien jeune carnacois qu'un acte subversif est un bon remède pour l'âme.

 

                                                                                                               linsoumi

 

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

Le groupe " Carnac au cœur " a proposé 2 motions au vote du conseil municipal du 11 décembre 

1. Compte tenu du projet de document qui nous a été soumis au dernier comité de pilotage du PPRL, prévoyant de rendre toute la zone économique de Carnac plage en zone de risque fort, soit une prévision de submersion de plus de 1 mètre d'eau, nous proposons au conseil municipal, si cette analyse devait se confirmer, de ne pas l'accepter et de mettre en place tout ce qui est nécessaire (étude spécifique sur le cordon dunaire, étude de modélisation complémentaire, travaux ) afin de faire évoluer les scénarios proposés par l'État. 

2. Carnac Plage, périmètre retenu par le PPRL est une zone d'intérêt stratégique de développement. L'engagement de clôture du PPRL est situé à la fin de l'année 2014. Des projets sont en attente. Certains depuis le début de l'année 2011. Nous proposons donc au conseil municipal de rappeler aux services de l'État la nécessité de gérer l'existant de cette zone urbaine dense et de permettre le renouvellement urbain, même dans les zones de risque fort au regard de la carte des zones basses, comme la circulaire du 27 juillet le prévoit  et ce, sans attendre la sortie du PPRL.

 

La première a été votée à l'unanimité avec 2 abstentions (Georgette Creis et Juliette Runigo conseillères municipales).

 

La seconde a été votée à la majorité avec 2 votes contre (Georgette Creis et Juliette Runigo) et 5 abstentions (Bernard Dujourdy adjoint aux affaires sociales, G. Cardiec adjointe au Tourisme et au commerce, Robert Huon conseiller municipal qui a donné son pouvoir à Mme Cardiec, Mme Simon et Mme Caillot conseillères municipales).

Ces motions, même si elles n'ont pas vraiment de valeurs légales, affichent clairement le positionnement du conseil municipal concernant le suivi du PPRL auprès des services de l'État.

C'est donc un grand changement par rapport à la position municipale affichée jusqu'alors

Il est à noter que Mr le Maire a voté pour ces 2 motions.

 

Une modification budgétaire a également été proposée au vote du conseil dans laquelle figure, entre autre, une inscription de 50 000€ pour une étude complémentaire PPRL ou une contre expertise.

 

Nous ne pouvons que féliciter à la fois l'initiative de cette mise à l'ordre du jour de ces motions par le groupe " Carnac au cœur " mais aussi et surtout le travail réalisé par les associations membres du COPIL (" UCC " - " Amis du littoral " -  " Amis de Carnac " – " Carnac Marnage ") qui ont permis d'ouvrir les yeux de nos élus Carnacois...

logo carnac marnage

Voir les commentaires

Publié le par ericaxel
Publié dans : #Libres propos

 Libres propos

 

 

COURRIEL AUX ÉLUS

 

 

 

 

Objet : PPRL de Carnac

 

Mesdames et messieurs les membres du conseil municipal,

Vous trouverez en pièce jointe notre compte rendu du comité de pilotage du 14 novembre dernier et nos réflexions concernant les discussions en cours, pour l'élaboration du PPRL de Carnac.

Nous souhaitons vous rappeler ici les conséquences négatives que pourrait avoir la détermination d'un secteur important en zone violette( zone de risque fort) pour Carnac d'une part, et vous rappeler d'autre part que le secteur considéré est le poumon économique de notre ville.

Le développement de notre ville, ne peut se passer du développement de sa zone littorale.

Les dispositions réglementaires en matière d'urbanisme sur les zones à risque fort risquent de conduire notre territoire vers l'immobilisme.

Il faut aussi prendre conscience qu'une fois la carte des risques établie, d'autres dispositions en lien avec ce niveau de risque(fort) suivront:

Par exemple, les commissions de sécurité pour les ERP situés en zone violète l'intègreront sans doute, et obligeront vraisemblablement ces ERP à des travaux d'aménagement prenant en compte ce risque (notamment pour les hébergements touristiques hôteliers et les campings).

Les compagnies d'assurance intègreront aussi dans leurs primes ce niveau de risque et là encore, ce sont les professionnels de l'hébergement qui seront les plus concernés.

L'information obligatoire des zones de risque, qui est , à ce stade des études, très forte et très étendue, aura aussi des conséquences sur les transactions immobilières. Ce sont alors tous les professionnels de l'immobiliers qui seront gravement touchés.
Ce ne sont là que des exemples pour vous faire comprendre que le niveau de risque de submersion qui nous sera imposé par la carte des risques aura d'énormes répercussions.

C'est donc à ce stade qu'il faut agir !

Nous savons combien le développement de Carnac vous est cher et comptons donc sur votre volonté, votre détermination d'élus locaux pour nous aider à démontrer que l'analyse du risque qui nous a été présentée, mérite d'être modérée par les éléments que nous développons dans nos réflexions en PJ et peut-être par d'autres auxquelles vous avez sans doute réfléchi.

Nombre de nos adhérents sont favorables à une contre expertise.

Nous vous remercions de votre implication dans ce lourd dossier et sommes à votre disposition pour en discuter.

Très cordialement.

Le bureau de Carnac Marnage.

 

 

C.R.du Comité de Pilotage du 14 novembre

CR COPIL11 2012 CR COPIL11 2012

logo carnac marnage

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos  

LETTRE OUVERTE

AU

MAIRE DE CARNAC 

 

 

 26 novembre 2012

 

Monsieur le Maire,         

Depuis plusieurs mois, vous faites état de vos contacts réguliers et privilégiés avec le Préfet du Morbihan pour faire aboutir le PPRL  (1) au plus vite.

Dernièrement, vous déclariez que la nouvelle carte des risques serait favorable à Carnac. Aujourd’hui l’avancée des travaux du Comité de Pilotage montre que votre optimisme est très largement exagéré et que vous vous résignez à laisser l’Etat avancer dans une approche qui condamnerait le développement du poumon économique de Carnac représenté par le quartier de la plage.

Carnac n’est pas la Faute sur Mer. Démontrer, en collaboration avec les services de l’Etat, la spécificité de la commune et faire la preuve que Carnac n’est pas exposé à un risque fort de submersion marine sur toute la zone urbaine et économique de la plage doit être votre priorité absolue.

Prenez exemple sur les maires de communes littorales concernées par un PPRL qui s’opposent à l’Etat pour défendre leurs concitoyens en entreprenant des études complémentaires.

Pour Carnac, cela implique, entre autres, de lancer sans délai une étude complémentaire pour démontrer l'efficacité du cordon dunaire face à un niveau de risque objectivement établi. Votre objectif répété de faire aboutir le PPRL au plus vite figerait dans l’immobilisme et le marasme cette zone d’intérêt stratégique pour l’avenir de la commune. L’essentiel, monsieur le Maire, n’est pas la rapidité de réalisation du PPRL mais bien la qualité de son contenu. Il s’imposera à tous les autres documents d’urbanisme et impactera donc pour des décennies le devenir de notre commune.

Nous vous demandons de conduire cette action afin que Carnac bénéficie d’un PPRL équilibré qui préserve l’avenir de notre commune en conjuguant juste évaluation et gestion du risque, intérêt des habitants et développement économique.

Un PPRL obtenu à la hussarde pour satisfaire d’autres priorités politiques, par ailleurs discutables, n’est pas souhaitable et représenterait un grave danger pour Carnac.

 

Le Groupe Carnac au cœur.

 

 

(1) PPRL : Plan de Prévention des Risques Littoraux ).  

   

 

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Libres propos

Libres propos

 

Lettre à

mesdames et messieurs

les membres du conseil municipal



 

Bonjour mesdames et messieurs les membres du conseil municipal, 

Nous souhaitons vous faire connaitre nos premières réactions à la suite de la réunion publique du 5 octobre.  

L'UCC souhaite rappeler les engagements que la municipalité a pris dès 2008, qui ont été réaffirmés en réunion publique le 12 avril 2011 et par la signature d'une convention( Mairie/ chambre de Commerce/UCC) en janvier 2012. 

Nous avons le sentiment, à l'écoute de ce qui nous a été présenté vendredi, d'avoir été berné puisqu'aucune action concrète en faveur de la première ressource économique de la ville, à savoir, le commerce, n'est en cours ! 

Nous vous remercions de prendre au moins le temps de nous lire, de nous faire part de vos réactions ou de votre soutien, et sommes toujours, bien sur, dans l'attente d'un entretien avec monsieur le Maire. 

Cordialement. 

 

L'UCC

uccarnac@orange.fr

 

   

Télécharger : RÉACTION DE L’UCC À LA RÉUNION PUBLIQUE DU 5 OCTOBRE RÉACTION DE L’UCC À LA RÉUNION PUBLIQUE DU 5 OCTOBRE

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>